Internet est un espace public ?

A plusieurs reprises sur ce blog, j’ai mentionné qu’Internet était un espace public bien que les réseaux sociaux comme Facebook affirment vous offrir un espace partagé.

Techniquement, il est vrai que vous pouvez paramétrer votre profil et l’accès au contenu que vous publiez. Facebook ne vous ment pas.

Socialement (humainement), c’est totalement faux. Toute l’information que vous publiez sur votre profil peut être dupliquée par vos “amis”. Comme sur un logiciel de traitement de texte, je surligne un texte, je copie et je colle… n’importe où (un blog, un forum de discussion, un e-mail, un autre mur Facebook,…). Une photo ? Pas de problème ! Un clic droit sur la souris, puis enregistrer l’image sous… ou une copie d’écran que je découpe après ou on montre simplement son écran à des personnes que vous ne connaissez pas.

Les réseaux et médias sociaux sont techniquement des espaces partagés et socialement des espaces publics, c’est-à-dire que les contenus publiés sont à risque de devenir publics à court, moyen ou long terme par le biais des personnes à qui vous avez donné un accès.

Les procédures de licenciement se multiplient sur le fondement de propos tenus en particulier sur Facebook. Je vous invite à lire un excellent article de Challenges qui fait le point sur la jurisprudence actuelle en France :

Pourquoi il va falloir se méfier de ce qu’on dit sur Facebook

Merci à Marie-Christine Fontaine de m’avoir signalé cet article !

Author: Olivier Zara

www.olivier-zara.com

3 thoughts on “Internet est un espace public ?”

  1. Je parlerais de tiers-espace. Manifestement nous n’interragissons pas avec les personnes sur le web comme dans un espace public, nous ne sommes pas non plus passifs et la majeur partie de l’information à laquelle nous accédons a été choisie et filtrée.
    Ex: j’ai mis une photo de moi tout nu sur le web, là je suis en train de poser un commentaire sur ce blog… vous avez 5 minutes pour faire le lien (je suis bon prince, je vous laisse 5 ans).

    Le fait que mes poubelles soient laissées dans une décharge accessible à tous techniquement, ne transforme pas ma poubelle en espace public, j’ajoute que ce n’est même pas si facile que ça. Il n’y a pas si longtemps, si on se baladait tout nu chez soi et que quelqu’un regardait à travers le trou de la serrure, on pouvait se faire accuser d’atteinte à la pudeur… pourtant, chez soi = espace privé.
    La définition d’espace public est de toutes façons très mal définie et absolument pas universelle.

    1. La différence entre une décharge public et Internet public, c’est Google 😉 Y a pas de moteur de recherche dans une décharge pour retrouver mes ordures…
      Peut-être que les choses sont floues sur les concepts comme “espace public” mais les choses sont beaucoup plus claires pour ceux qui ont été licenciés… !
      Cerise sur le gâteau que j’aurai pu ajouter dans le billet : le principe de sérendipité, loi des six degrés,… autant d’occasion de rencontrer une personne ou un contenu à l’insu de son plein gré.
      Intéressant le concept de “tiers-espace” 😉

      1. Google est un très bon exemple, avec des milliers de résultats par requête: dans les faits qui va au-delà de 3è page ? C’est exactement la même chose que des poubelles: elles sont toutes accessibles très facilement, mais matériellement nous n’avons aucun moyen de toutes les fouiller. Non, nous choisissons le contenu que nous consommons, par rapport à des critères individuels objectivables, comme le référencement, la relation sociale… etc. qui n’appartiennent pas à la sphère publique.
        Il arrive que certains contenus qui ne soient pas destinés à cela fasse un buzz, il y a un certain nombre de cas de cet ordre mais statistiquement c’est peu, qui montrent qu’internet n’est pas un espace privé. On peut faire toutes les théories qu’on veut et même faire des lois, on ne vit pas le web comme un espace public (même pas toi, conviens-en… ce blog est à caractère public, mais ta relation au web est plus diversifiée que son écriture).
        Le concept de tiers lieu est une meilleure notion, même si elle n’existe pas au niveau du droit, comme les bibliothèques, les cafés… On peut remarquer que les manifestations, et en particulier celles qui ont eu lieu dernièrement, les “manifestations de place” on a dit je crois, sont une ré-appropriation, temporaire, de l’espace public, qui le transforment en quelque chose qui n’est effectivement pas un espace privé.

Leave a Reply