Les 7 règles d’or du Personal Branding

Pour bien démarrer l’été et avoir un peu de lecture pour les vacances, je vous propose les 7 règles d’or du Personal Branding :

Règle 1 : Passer de la bonne image à l’image authentique

Depuis toujours, que ce soit dans le cadre d’une relation amoureuse ou dans un cadre social ou professionnel, l’être humain cherche plus ou moins à avoir une bonne image selon ses objectifs ou ambitions. Cela consiste à mettre en avant ce que l’on considère comme nos atouts et à masquer autant que possible nos « faiblesses ». Or, nous n’avons pas de défauts ou de qualités dans l’absolu, mais par rapport à la perception des autres. Par exemple, “être sécuritaire” peut être considéré comme un défaut par une personne qui a besoin d’aventure, comme neutre par une personne qui n’y attache pas d’importance ou comme une qualité pour une personne peureuse. Défauts et qualités sont liés à la subjective perception de celui qui vous observe. Ainsi, la bonne image n’est pas liée à une réalité mais à la perception d’une personne et il y a autant de perceptions que de personnes.

Par ailleurs, chercher la bonne image présente deux risques importants :

  • Entrer dans les statistiques qui indiquent (selon les sondages) entre 50% et 75% de CV truqués ou enjolivés. Vous conviendrez qu’avoir l’image d’un menteur n’est pas une bonne image !
  • Entrer dans l’armée des clones étant donné que tous vos pairs se posent la question de ce qui leur donneraient une bonne image et que la plupart vont apporter des réponses proches ou identiques, votre profil ressemblera à ceux de vos pairs. Si vous êtes comme tout le monde, vous n’êtes personne et vous communiquez finalement sur du vide.

Le Personal Branding invite à une démarche de connaissance de soi pour définir une image authentique à travers vos valeurs, votre personnalité, vos passions, vos réalisations, vos expertises, vos aptitudes métier… Cette image authentique doit mettre en valeur vos talents.

Enfin, s’il est important de communiquer des éléments de votre identité qui soient dans un certain consensus (exigences des recruteurs), il faut aussi se différencier en montrant sa singularité. Ce travail de connaissance de soi est négligé par la plupart des personnes qui s’intéressent au Personal Branding alors qu’il est central. C’est le point de départ de toute la démarche et non une option cosmétique « au bon vouloir ».

Règle 2 : Être connu mais aussi reconnu

Le Personal Branding permet de mieux se faire connaître. Il y a une dimension auto-promotion qui n’est pas liée à la démarche elle-même mais à la nature humaine et aux exigences du marché du travail. C’est une réponse à un besoin.

Il est important pour un professionnel de développer sa notoriété à travers des actions dans le monde physique (association des anciens, conférences, formations,…) et numérique (réseaux et médias sociaux).

Mieux se faire connaître est fondamental mais il est aussi important de mieux se faire reconnaître. Il s’agit de se créer un capital confiance à travers nos références professionnelles et leurs recommandations. Une référence est une personne avec qui nous avons réussi une action dans un contexte social ou professionnel. Une recommandation est la description de cette action réussie : contexte de l’action, description et résultats obtenus. Avant, il n’était pas possible de rendre public nos recommandations. Depuis qu’elles sont devenues numériques avec des services comme Linkedin ou CV 2.0, il est possible de les rendre visible publiquement et en permanence.

Règle 3 : Faire rayonner sa marque personnelle à l’interne sans négliger l’externe

Le Personal Branding est une démarche pour faire rayonner sa marque personnelle aussi bien quand on est salarié d’une entreprise que lorsque l’on est au chômage ou indépendant. Un chômeur comprend bien que s’il veut retrouver du travail, il doit se faire connaître et reconnaître. Un indépendant ne peut pas vendre son expertise s’il ne trouve pas des clients. Avec de nombreuses recommandations de ses clients (références clients), il vendra plus qu’un compétiteur ayant moins de références.

Par contre, les salariés n’ont pas souvent le réflexe de faire rayonner leur marque personnelle dans leur organisation. Il s’agit de faire savoir ce que l’ont sait faire. Savoir-faire et faire savoir est une des clés de la performance collective des entreprises… et de la gestion de carrière d’un individu ! Faire savoir, c’est permettre à l’organisation d’identifier les talents utiles à l’innovation, à la résolution de problème, au développement de la performance.

Ainsi, l’usage est de se présenter à travers une fonction dans l’organisation qui correspond à un statut social, un niveau de salaire et une position dans la pyramide hiérarchique. Pour se faire connaître efficacement, il faut aussi se présenter en mettant en valeur ses talents. Bref, une présentation un peu plus riche !

Règle 4 : Le monde numérique n’est pas le centre du monde… le monde physique non plus !

Il faut trouver un équilibre entre les actions dans le monde numérique et dans le monde physique. C’est une erreur de négliger l’un de ses mondes et c’est impossible d’être aussi actif dans les deux. On ne peut pas être à 100% dans les deux et il n’est pas raisonnable de croire qu’on va être efficace en laissant un des mondes avec 0%. Pourtant, les « geeks » ont tendance à délaisser le monde physique. Les « digital immigrants » délaissent de leur côté le monde numérique.

La répartition des actions à mener dans ces deux mondes doit être spécifique à chacun de nous. Cette répartition dépend de mon métier, de ma situation (en poste, à l’écoute du marché, en recherche d’emploi, expert en recherche de clients,…), de mon secteur d’activité, de la culture de mon entreprise, de mon pays, de ma propre culture, de mon projet professionnel et enfin des attentes des recruteurs.

Dans le domaine de la High Tech, Conseil, Telecom, certains recruteurs vous googlent et s’ils ne trouvent aucune trace vous concernant, votre CV part directement à la poubelle. Dans le domaine de la banque, une hyper-visibilité pourrait être un handicap : « Il expose toute sa vie sur Internet, peut-être qu’il fera pareil avec les comptes de nos clients ! ».

Règle 5 : Les outils du Personal Branding quels qu’ils soient ne sont rien sans une stratégie


(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Il est bien plus difficile de définir une stratégie que de s’inscrire sur moultes services en ligne en cliquant frénétiquement sur son « mulot » et en pensant que plus on s’inscrit sur un grand nombre de services et plus on est efficace. On appelle cela la solution de facilité ou éventuellement de la paresse intellectuelle si on veut être désagréable.

Que ce soit dans le monde physique ou numérique, les outils du Personal Branding ne manquent pas. En voici quelques-uns :
•    papier personnalisé (affaires et correspondance personnelle) ;
•    cartes de visite en cohérence avec votre identité ;
•    cartes de remerciements, cartes de vœux ;
•    messages d’accueil sur vos répondeurs (fixe et portable) cohérents avec votre identité ;
•    prises de parole en public (conférences, interviews) ;
•    publication d’articles ou de livres ;
•    envoi de newsletters (papier ou électroniques) ;
•    création et animation d’un réseau professionnel ou d’une association sur un thème en rapport avec votre identité professionnelle ;
•    organisation ou sponsoring d’événements, de soirées ;
•    publicité ;
•    CV, biographie et lettre de motivation.
•    Réseaux sociaux (Linkedin, Facebook,…)
•    Médias sociaux (Blogs, Twitter, Youtube, Flickr, Wiki, forum,…)

Il est clair qu’on ne peut pas tout faire mais sans une stratégie on ne peut tout simplement rien faire de durable ou d’efficace. Le Personal Branding est une démarche dont la finalité première est de vous aider à définir une stratégie. Quand cette stratégie sera claire dans votre tête, le choix des outils se fera naturellement. Vous saurez les hiérarchiser, les articuler, les choisir mais surtout vous saurez évoluer dans vos choix pour que ce soit les outils qui s’adaptent à votre stratégie et non l’inverse !

Règle 6 : Savoir gérer les interactions entre marque personnelle et marque d’entreprise

Vous faites rayonner votre marque dans le cadre d’une démarche personnelle de gestion de carrière. Cependant, à travers vos profils, vos prises de parole ou celles de votre entourage, il est possible que l’on puisse vous identifier comme salarié d’une entreprise et qu’on connaisse votre fonction dans une organisation. Cela peut se faire à travers votre profil sur Linkedin, votre biographie sur Facebook mais aussi à travers les contenus que vous publiez ou qui sont publiés par votre entourage sur vous.

Les interactions entre votre marque personnelle et celle de votre entreprise existent. Quand un salarié agit d’une manière inappropriée dans les médias sociaux, il porte atteinte à l’image de marque et à la réputation de son entreprise.

La marque de votre entreprise est donc aussi perçue à travers la marque personnelle des dirigeants de l’entreprise et de tout salarié en contact avec l’extérieur (recruteurs, commerciaux,…). Marque d’entreprise et marques personnelles peuvent soit se renforcer mutuellement, soit au contraire s’affaiblir.

Je vous invite à lire le Guide AXA du Bon Sens Numérique pour en savoir plus sur cette règle…

Règle 7 : La perception de la réalité par votre entourage est toujours plus forte que la réalité elle-même

Tant que vous ne savez pas ce que l’on pense de vous, vous ne savez pas totalement qui vous êtes. Le plus important dans une identité n’est pas votre perception de votre identité, mais celle de vos interlocuteurs. Leur perception sera toujours plus forte que la réalité. Ce qu’ils pensent dépend de ce que vous êtes et de la façon dont vous le communiquez.

Que ce soit pour mieux se connaître, mieux se faire connaître ou mieux se faire reconnaître, il est très important de recueillir le feed-back de son entourage pour mesurer les écarts de perception. Paradoxalement, cette démarche individuelle ne peut pas être mise en œuvre efficacement sans le collectif ! Votre objectif est d’expliciter la perception du collectif pour la prendre en compte, vous ajuster plutôt que de laisser cette perception implicite et donc inexploitable.

Si votre image de marque ne correspond pas à la réalité, vous devez chercher à en comprendre le pourquoi. A priori, il n’y a que trois explications possibles :

  • un manque de lucidité sur vous-même : un proverbe chinois dit : « Quand tout va mal, regarde-toi dans le miroir. » Prenez un peu de temps pour chercher votre part de responsabilité dans la situation ;
  • un manque de lucidité de votre entourage sur vous-même : votre réputation est liée à une interprétation subjective de faits. Il est possible que votre réputation soit mal évaluée (sous-évaluée ou surévaluée). Est-ce parce que vous ne savez pas bien promouvoir votre identité ?
  • un problème de communication entre vous et votre entourage : il faut prendre en compte l’interprétation des mots, les incompréhensions et les maladresses. Attribuer l’écart de perception à un problème de communication est la solution de facilité. Cela permet d’éviter les problèmes de « lucidité » des points précédents. Il ne faut pas attribuer automatiquement les écarts à : « Ils n’ont pas compris, je vais leur expliquer » mais cela peut être une explication valable.

 

Je vous propose 7 règles d’or. Si vous voulez découvrir la 8ème règle d’or, c’est le temps de faire un commentaire pour la proposer !

———————————————————————————————-

Deux informations pour terminer…

1. Je vous invite à rejoindre le groupe que j’anime sur Linkedin sur le thème de l’identité et la réputation numériques :

http://www.linkedin.com/e/vgh/1786530/

Ce groupe compte 1.500 professionnels.

2. Vous pouvez vous abonner à ce blog par e-mail (vous recevez une alerte à chaque publication d’un nouveau billet). Voici le lien :

http://feedburner.google.com/fb/a/mailverify?uri=GestionReputationInternet&loc=fr_FR

L’abonnement peut être résilié à tout moment. Il est géré par Google – Feedburner – mais ne devient actif que si vous l’activez à réception d’un e-mail de confirmation… qui part souvent dans les spams, même sur gmail !

Author: Olivier Zara

www.olivier-zara.com

20 thoughts on “Les 7 règles d’or du Personal Branding”

  1. Merci pour ton article Olivier. Je ne connaissais pas le Personal Branding, voilà une bonne découverte, un sujet très passionnant !

Leave a Reply