Vizify est-il le meilleur service de CV en ligne ?

vizify

Je vous invite à découvrir Vizify. C’est un service remarquable qui m’a permis de créer mon CV en quelques minutes :

https://www.vizify.com/olivier-zara

Conçu pour les paresseux (comme moi ?), il suffit de connecter Vizify à Linkedin, Twitter, Facebook,… et il ira chercher les informations nécessaires pour construire votre CV. Bon…  si ce n’était pas que ça, je ne perdrais pas mon temps à faire un billet. Ce qui est bluffant, c’est l’aspect visuelle du service. On ne lit pas votre CV :

On voyage dans votre CV !

Continue reading “Vizify est-il le meilleur service de CV en ligne ?”

Nos vies sur Internet, à perpète

Nos vies sur Internet, à perpète est le titre d’un excellent article paru le 1er avril 2009 dans le journal Le Monde par Yves Eudes.

Voici un résumé des éléments qui m’ont marqué :

1. L’exemple de Fanny qui ouvre un blog à des fins professionnelles puis au fil du temps, le contenu de son blog devient de plus en plus personnel. Ayant laissé le lien vers son blog sur son CV, un employeur potentiel visite le blog et lit un passage dans lequel Fanny explique sur un ton ironique qu’elle se sent très flemmarde. Résultat : candidature rejetée parce que l’employeur a considéré que ce texte pouvait impacter négativement la réputation de son entreprise. En d’autres termes, un employeur ne peut pas accepter que la marque personnelle d’un salarié nuise à la marque de l’entreprise.

Fanny décide ce jour-là de se googler et découvre avec horreur un texte dans lequel elle affirme qu’elle montrera ses seins aux personnes qui feront une donation à l’oeuvre caritative pour laquelle elle a un jour travaillé.

Fanny a donc compris tardivement qu’elle avait maintenant une vie numérique qui pouvait impacter positivement ou négativement son identité et sa réputation.

2. 70 % des CV circulant en France sont bidonnés ou embellis. Il semble que les recruteurs soient de ce fait de plus en plus actifs sur Internet, je cite un recruteur : “Par recoupements, je peux constater qu’un candidat a publié sur Internet plusieurs CV contradictoires. Je peux aussi combler un trou dans un CV : j’ai découvert qu’un candidat avait enchaîné quatre périodes d’essai dans quatre boîtes différentes, dont aucune n’avait débouché sur une embauche, et qu’il n’en avait pas parlé dans son CV.”

3. La discrimination à l’embauche du fait de vos opinions politiques exprimées sur le Web est une réalité. J’avais cité le cas de Ronald dans mon livre. Cet article montre que Ronald n’est vraiment pas un cas isolé !

4. Quelques exemples en fin d’article montrent comment on peut très facilement recouper des informations sur une personne pour en savoir plus sur elle à l’insu de son plein gré.

Si vous avez un peu de temps, je vous conseille de lire l’article au complet, on ne s’ennuie pas et il sera bientôt accessible uniquement aux abonnés.

Lire l’article…

Un grand merci à Véronique Anger-de Friberg, journaliste et auteur, www.lesdialoguesstrategiques.com qui m’a signalé l’article.

Réussir sa carrière grâce au Personal Branding

Je vous annonce la sortie en librairie de mon 3ème livre : Réussir sa carrière grâce au Personal Branding, publié aux éditions Eyrolles. Il s’agit du premier livre publié sur le Personal Branding en français. Loïc Le Meur, blogueur, entrepreneur & fondateur de Seesmic, m’a fait l’honneur d’une préface dans laquelle il nous livre sa vision sur le sujet (voir sa biographie à la fin de ce billet).

Qu’est-ce que le Personal Branding ? Cliquez ici pour une définition

Vous pouvez commander le livre sur Amazon FranceAmazon Canada

Couverture livre Personal Branding

Vous trouverez les dates des prochaines conférences sur cette page :

http://www.reputation.axiopole.info/conferences/

Sommaire du livre


Introduction

  • Qu’est-ce que le Personal Branding ?
  • Quels sont les enjeux du Personal Branding ?
  • Pour qui ?
  • Le choc des cultures : de l’utilitarisme à l’humanisme
  • La démarche ?

1ère partie – Mieux vous connaître – Connaissance de soi

Chapitre 1 – Définir votre mission
Chapitre 2 – Définir vos valeurs et vos passions
Chapitre 3 – Définir votre identité professionnelle
Chapitre 4 – Quel est mon public ? Qui sont mes concurrents ?
Chapitre 5 – Votre marque personnelle en une phrase

2ème partie – Mieux vous faire connaître – Être visible

Chapitre 6 – Personal Marketing First !

  • Quels sont les supports de votre marque ?
  • Quelle est votre ligne éditoriale ?
  • Les apparences comptent !
  • Comment se présenter en marquant les esprits ?

Chapitre 7 – Jamais sans mon réseau professionnel !

  • Pourquoi construire votre réseau professionnel ?
  • Tous les membres de votre réseau sont-ils égaux ?
  • Comment construire votre réseau professionnel ?
  • Que faire si on donne plus que l’on ne reçoit ?
  • Mettre en relation les membres de votre réseau
  • Créer un effet levier entre votre marque personnelle et celle des membres de votre réseau
  • Je n’ai pas le temps !

Chapitre 8 – L’impact de notre vie numérique sur notre identité et notre réputation professionnelles

  • Qu’est-ce qu’une vie numérique ?
  • Vie numérique Vs Identité numérique Vs Réputation numérique
  • Qu’est-ce que l’identité numérique ?
  • Qu’est que la réputation numérique ?
  • Quels sont les enjeux ?

Chapitre 9 – Sur Internet, êtes-vous présent ou visible ?

  • Quelle est votre visibilité numérique ?
  • Comment créer un profil en ligne ?
  • Comment créer un CV en ligne ? Un CV vidéo ? Ou un CV PowerPoint ?

Chapitre 10 – Comment optimiser votre visibilité sur Internet ?

  • Comment optimiser le référencement de votre profil à travers les liens commerciaux ?
  • Quelle est l’efficacité des liens commerciaux ?
  • Comment optimiser le référencement de votre profil à travers l’achat d’un nom de domaine ?

Chapitre 11 – Bloguer ou ne pas bloguer, telle est la question !

  • Quels sont les bénéfices d’un blog ?
  • Êtes-vous prêt à créer votre blog ?
  • Comment créer et gérer votre blog ?
  • En route pour le micro-blogging !
  • Quantité et qualité sont dans un bateau, qui tombera à l’eau le premier ?
  • L’alternative au Blog : le journalisme citoyen
  • Transformer votre blog en livre

Chapitre 12 – Identité personnelle Vs identité professionnelle

  • Pourquoi faut-il protéger votre identité personnelle ?
  • L’indispensable promotion de votre identité professionnelle
  • Êtes-vous une personne à risque en termes de vol d’identité ?

3ème partie Mieux vous faire reconnaître – Gérer votre réputation professionnelle

Chapitre 13 – Comment construire votre réputation professionnelle ? (montrer ce que l’on dit de vous)

  • Qui sont vos références ?
  • Comment travaillent les recruteurs ?
  • Comment vous préparer ?
  • Savoir gérer ses références

Chapitre 14 – Comment construire votre réseau de références ?

  • Qu’est-ce qu’un réseau de références ?
  • Comment retrouver vos références ?
  • Savoir définir une sphère de confiance, un contexte de confiance

Chapitre 15 – Quels sont les outils pour gérer votre réseau de références ?

  • Les réseaux sociaux professionnels en tant qu’outil de gestion de vos références professionnelles
  • Les services de gestion des références professionnelles et sociales
  • Comment choisir le service le plus adapté à vos besoins ?
  • Pourquoi faut-il créer un « profil de références professionnelles » sur Internet ?

Chapitre 16 – Comment rédiger une recommandation ?

  • Quelles sont les différents types de recommandations ?
  • Quels sont les différents formats de rédaction ?
  • Vos recommandations : de l’or ou du plomb ?
  • Est-ce qu’un manager doit demander des recommandations aux membres de son équipe, à ses collaborateurs ?
  • Peut-on se fier à des recommandations rédigées sur un profil en ligne ?

Chapitre 17 – Comment surveiller votre réputation sur Internet ? (savoir ce que l’on dit de vous)

  • L’anonymat sur Internet est devenu un mythe
  • Comment surveiller votre réputation sur Internet ?
  • Les services d’alertes gratuits
  • Surveillez la blogosphère !
  • Les services d’alertes payants
  • Que choisir ?

Chapitre 18 – Défendre sa réputation numérique – Mythes et réalités

  • Peut-on avoir une bonne réputation dans le monde physique et une mauvaise réputation numérique ?
  • Le droit à l’oubli est devenu un mythe
  • Etes-vous une personne à risque ?
  • Quand faut-il se défendre ? Sur quoi ?
  • Comment défendre sa réputation ?
  • Les techniques de nettoyage
  • L’arme absolue : changer d’identité !
  • Comment réagir quand vos « amis » portent atteinte à votre réputation ?

4ème partie : Pour aller plus loin !

Chapitre 19 – Quelques conseils pour réussir votre démarche de Personal Branding

  • Quel est le meilleur moment pour commencer une démarche de Personal Branding ?
  • Comment trouver du temps ?
  • Demander l’aide de votre entourage pour créer une émulation collective ?
  • Coaching et formations au Personal Branding

Chapitre 20 – Savoir faire la différence entre réputation commerciale, sociale et professionnelle

  • L’impact du niveau de connaissance mutuelle sur l’évaluation de la réputation par notation
  • Les principes de fonctionnement des concurrents d’eBay
  • Les conditions du succès d’une approche par la notation

Conclusion

  • Le Personal Branding, une innovation ?
  • Faire face aux défis des organisations du futur
  • Les 8 lois du Personal Branding
  • La loi de l’évolution et de l’évaluation
  • Résistez aux préjugés… surtout si ce sont les vôtres !
  • Le Personal Branding : un choix ou une obligation ?

Témoignages de quelques coachs spécialisés en Personal Branding

Interview de Pascale Baumeister, consultante en Personal Branding & Coach

Interview de Bernadette Martin, Career Transition Brand Strategist

Interview de Marc Traverson, coach et consultant en communication et marketing personnel

Interview de Lydia Meseguer, Strategist Personal Branding & Coach

Bibliographie

Le blog associé au livre

Témoignages

Quelques lecteurs ont pris le temps de rédiger un témoignage pour donner leur avis sur ce livre, vous trouverez le contenu de ces témoignages sur ce lien permanent : Témoignages de lecteurs

Voici la liste des personnes qui ont fait un témoignage par ordre alphabétique :

Lire leurs témoignagnes…

Remerciements

À ma femme Fanny pour son soutien constant dans ce long projet.

À mon fils Théo et ma fille Naomi qui vont voir leur père un peu plus souvent maintenant que le livre est publié !

Aux lecteurs de mon blog sur le personal branding qui ont alimenté ma réflexion par leurs commentaires.

À la blogosphère tout entière pour toute l’intelligence collective que j’y ai trouvé, bien plus que dans tous les livres que j’ai lu.

À Michael Colemyn, directeur de l’institut du personal branding (www.idpb.fr) pour son soutien dès le début de ce projet.

A Christophe Deschamps par qui tout a commencé lorsqu’il publia son billet « L’indispensable gestion de la réputation numérique » le 6 février 2006 (www.outilsfroids.net)

Aux experts français du personal branding qui ont accepté de contribuer dans ce livre.

Aux relecteurs et en particulier :

Biographie de Loïc Le Meur :

Serial entrepreneur et créateur de Seesmic, site de conversation vidéo, et de la première web conférence européenne LeWeb. Loic Le Meur blogue depuis 2003. Sa présence en ligne via son blog, Twitter et autres réseaux sociaux en fait une des “personal brands” les plus connues du monde. Business Week l’a placé en 2008 parmi les 25 personnalités les plus influentes sur Internet dans le monde : http://images.businessweek.com/ss/08/09/0929_most_influential/12.htm

Son blog : loiclemeur.com , son compte sur Twitter : twitter.com/loic

Revue de presse – Le Monde – France Info – Le Soir

Le journal Le Monde m’a fait l’honneur d’une interview publiée dans l’édition du 10 avril. Vous pouvez lire l’article complet sur lemonde.fr en cliquant sur ce lien :

Comment faire pour être bien vu sur le Web

Le titre est très “bien vu” même si je ne l’avais pas vu tout de suite :

Bien vu = être visible, identité numérique

Bien vu = se faire bien voir, avoir une bonne réputation numérique

Bravo à Géraldine Bordère pour cet article et la finesse du titre !

Une chronique de Marion Ruggieri a suivi sur France Info :

Avoir une bonne cyber-réputation !

Voir aussi un article dans un journal belge : Le Soir

Accessoirement, je vous annonce que la 2ème édition de mon livre “Le management de l’intelligence collective” sera de nouveau disponible en librairie le 15 mai.

Construire votre réseau de références (2/3)

Billet sur le thème de la réputation professionnelle sur Internet en 3 parties, vous lisez la partie 2 – Partie 1Partie 3

Je terminais mon précédent billet en indiquant que vos références professionnelles étaient un atout non seulement dans le cadre d’une recherche d’emploi, mais surtout dans le cadre de votre carrière.

J’espère que ce billet vous aidera à prendre conscience de l’utilité de transformer vos références en un véritable réseau : un réseau de références.

Un réseau de références est très différent de votre réseau de contacts. Il est donc important de construire 2 réseaux :

1. Votre réseau de contacts

Il s’agit de votre carnet d’adresses : toutes les personnes avec qui vous avez été en contact au moins une fois en face à face ou en virtuel. Ce réseau vous permettra de retrouver vos références et d’obtenir des mises en relation pour trouver un emploi, des clients, des experts ou des partenaires.

2. Votre réseau de références

Il s’agit de votre réseau de références sociales et professionnelles, qu’on pourrait aussi appeler votre réseau de confiance. Ce réseau vous aidera pour booster votre carrière au sein de l’entreprise dans laquelle vous travaillez actuellement, mais aussi bien sûr pour une future recherche d’emploi.

Il est facile de comprendre ce qu’est un réseau de contacts. Par contre, un réseau de confiance regroupant vos références, c’est moins évident !

I. Qu’est-ce qu’un réseau de références ?

Tout au long de notre vie, nous vivons et travaillons avec de nombreuses personnes avec qui nous construisons des relations de confiance. Du fait de notre mobilité (changement de ville, de pays, de travail,….), notre entourage se recompose régulièrement. Lorsqu’on rencontre une nouvelle personne, que ce soit un voisin, un collègue ou son nouveau manager, on repart à zéro en termes de confiance mutuelle. Il faudra plusieurs mois ou plusieurs années pour recréer ses liens de confiance. Aujourd’hui, nos relations de confiance sont donc implicites car il n’existe pas d’espace pour les décrire explicitement. Elles sont invisibles car seule la personne qui nous fait confiance sait qu’elle nous fait confiance. Il est donc nécessaire d’expliciter et de rendre visible la confiance qu’on vous porte.

La preuve de l’efficacité des réseaux sociaux n’est plus à faire. Vous appartenez à de nombreux réseaux sociaux à travers votre famille, vos amis, vos anciens camarades d’école, vos anciens collègues d’entreprise ou vos relations associatives (politique, culturelle, sportive, religieuse,…). Mais vous avez aussi un réseau bien plus important que les autres. Il s’agit de votre réseau de références qui est transversal à tous ces réseaux et qui est constitué de l’ensemble de vos références sociales et professionnelles. Ce réseau est informel et invisible, mais il existe ! Il est donc nécessaire de le rendre visible à travers des recommandations, afin de le faire connaître aux personnes dont vous avez besoin pour booster votre vie professionnelle (prospects, recruteurs, managers,…).

Toutes les personnes que vous connaissez peuvent potentiellement faire partie de votre réseau de références. Il s’agit de vos managers, vos collaborateurs, vos collègues, vos clients, fournisseurs ou partenaires. Vous pouvez également inclure vos professeurs si vous êtes jeunes diplômés ainsi que toutes vos références sociales (amis, associations/réseaux, lecteurs de votre blog,…).

Vos références sociales sont toutes les personnes de votre entourage qui peuvent apporter un éclairage sur vos qualités humaines, vos valeurs ou votre expertise dans un cadre social. Cet éclairage peut avoir une grande valeur ajoutée dans un cadre professionnel. Vos références sociales ont pour vocation de montrer des facettes de votre potentiel qui n’ont pas forcément pu s’exprimer dans votre parcours professionnel. Par exemple : votre créativité, vos expertises cachées, vos qualités de leaders au sein d’une équipe de sport, vos talents artistiques, … Ces éléments sont souvent invisibles ou perdus dans la rubrique “Divers” de votre CV. Ils ne sont pas mis en valeur. Il est temps de les remettre à l’honneur ! On vous enferme dans une voie qui ne vous convient plus, utilisez votre réseau de références sociales pour en sortir.

II. Qui peut faire partie de mon réseau de références ?

Reprenez votre CV pour vous aider à identifier les personnes qui peuvent faire partie de votre réseau de références.

– Pour chaque fonction occupée au sein d’une organisation, identifier toutes les personnes qui peuvent potentiellement faire partie de votre réseau : vos managers, vos collaborateurs, vos collègues, vos clients, fournisseurs ou partenaires.

– Pour chaque activité extra-professionnelle, au sein d’une association par exemple, identifier les personnes qui peuvent apporter un éclairage sur vos compétences ou qualités humaines, ainsi que sur la façon dont vous avez exercé vos fonctions (en particulier au sein d’une association).

Vous avez perdu vos références ? Facile de trouver ceux qui travaillent encore avec vous, mais quid de ceux qui ne travaillent plus avec vous ? Vous postulez pour un poste que vous avez déjà occupé dans le passé, mais impossible de contacter ce manager qui pourrait si bien soutenir votre candidature avec une recommandation. Votre manager actuel n’est pas en mesure de vous évaluer sur ce type de poste, vous êtes coincé.

Faites-vous partie de tous ces professionnels qui perdent leurs références avec le temps ? Si c’est le cas, il est temps de réagir !

Pour retrouver vos références, voici quelques pistes :

– Les moteurs de recherche ou annuaires de personnes : CV 2.0, Spock, Ziki, Ziggs, Zoominfo, Wink, Yoname ou Naymz.

– Les réseaux sociaux : Facebook, Copainsdavant, Viadeo, Linkedin, 6nergies, Tribe ou Ecademy

– Les annuaires classiques type pages blanches, mais peu efficace si vous ne connaissez pas au moins la ville de résidence actuelle.

– Les moteurs généralistes type Google : tapez le « prénom nom » de la personne que vous cherchez entre guillemets. S’il a trop de résultats, ajoutez des éléments distinctifs dans votre requête : école, entreprise,… Pour trouver son e-mail, tapez le « prénom nom mail » ou « prénom nom @ » (cela permet d’afficher uniquement les pages sur lesquelles figurent des e-mails).

En théorie, tout votre entourage professionnel peut faire partie de votre réseau de références. Mais, vous n’avez pas confiance en tout le monde et inversement. Il est donc nécessaire de définir une sphère de confiance !

III. Savoir définir une sphère de confiance, un contexte de confiance

Je reprends ici un extrait de mon billet sur la vie numérique : Vous pouvez avoir confiance dans une personne pour faire certaines choses, mais pas pour d’autres. Un pilote de Formule 1 est a priori une personne digne de confiance pour piloter une voiture de course. Mais est-ce que vous lui proposeriez de construire votre maison ? Une personne n’est pas digne de confiance dans l’absolu, mais dans un contexte. Pour chaque personne de votre réseau de références, vous devez définir un “contexte de confiance” (une “sphère de confiance”) sur les fonctions occupées, les compétences vérifiées et les qualités humaines observées. Dire que vous avez confiance dans une personne, c’est préciser le contexte dans lequel vous avez confiance en elle.
Par exemple, voici comment Jacques pourrait définir un contexte de confiance vis-à-vis de son collègue Martin (ce qui est dans la sphère de confiance et ce qui est à l’extérieur) :

– Jacques a confiance en Martin pour le management d’une équipe, le marketing et pour sa créativité (fonctions, compétences, qualités humaines à l’intérieur de la sphère de confiance de Jacques concernant Martin)

– Jacques ne sait pas s’il peut avoir confiance en Martin pour gérer un projet, la maintenance des systèmes informatiques et sa fidélité envers l’entreprise (à l’extérieur de la sphère de confiance de Jacques)

– Jacques n’a pas confiance en Martin pour la gestion de l’innovation, la comptabilité et sa ponctualité (à l’extérieur de la sphère de confiance de Jacques)

En résumé :
Mon réseau de références ou réseau de confiance = Ceux en qui j’ai confiance et qui ont confiance en moi (confiance mutuelle).
A l’intérieur de ce réseau, pour chaque personne, une sphère de confiance est définie. Cette sphère de confiance peut inclure des fonctions, expertises, compétences et qualités humaines. Il s’agit des éléments sur lesquels vous accordez votre confiance à une personne de votre réseau. Ces éléments seront décrits à travers les recommandations de vos références, soit orales (lors d’interviews avec des recruteurs) ou écrites (lettres de recommandation). A l’inverse, à l’extérieur de la sphère de confiance, vous n’êtes pas à l’aise pour dire que vous avez confiance dans cette personne.

De nombreux outils existent sur Internet pour construire vos réseaux (contacts et références). Internet est un réseau et les réseaux sociaux en sont un prolongement naturel. Dans le prochain billet, je vous présenterai les outils généralistes (Linkedin, Viadeo, 6nergies,…) et les outils spécialisés dans la gestion de vos références et de vos recommandations (CV 2.0, Repvine, Naymz,…). A suivre !

Billet sur le thème de la réputation professionnelle sur Internet en 3 parties, vous lisez la partie 2 – Partie 1Partie 3

Comment créer et gérer votre “marque personnelle” sur Internet ? (Personal Branding Numérique)

La sécurité de l’emploi, le temps où on pouvait faire toute sa carrière dans la même entreprise appartient à l’histoire pour la plupart d’entre nous. Il est maintenant nécessaire de gérer sa carrière d’une autre manière. La plupart des entreprises ont un service marketing pour vendre leurs produits ou services : stratégie de marque, emballage, prix, slogan, publicité,… Chaque individu dispose de son côté d’un CV et de références professionnelles pour vendre sur le marché du travail ce qu’il est capable de faire. Mais ce n’est plus suffisant.

L’objectif de ce billet est de vous aider à structurer la manière dont vous souhaitez vous faire connaître pour booster votre carrière professionnelle. Il s’agit de se mettre dans une logique de marketing personnel pour construire sa marque personnelle. Ce concept est très développé aux Etats-Unis depuis 10 ans sous le terme de « Personal Branding » qu’on peut traduire par « marque personnelle ». Peter Montoya et William Arruda en sont les principaux concepteurs.

I. Qu’est-ce que le Personal Branding ?

Le Personal Branding permet de construire et promouvoir votre marque personnelle. Qu’on soit un employé, un consultant ou un entrepreneur, nous avons une image de marque. Elle est aussi importante que celle d’une entreprise. Elle nous permet de gérer notre carrière et de mieux réfléchir à la stratégie que nous voulons mettre en œuvre pour réaliser nos projets. Le Personal Branding est encore aujourd’hui réservé à une élite de dirigeants ou de consultants ayant les moyens de se payer un coach personnel ou de participer à des formations onéreuses. Mais le développement de nouveaux services sur Internet permet aujourd’hui de démocratiser l’accès au Personal Branding. En fait, cela va bien plus loin. Internet fait du Personal Branding un enjeu non seulement pour les dirigeants, mais aussi pour chacun de nous. Avant il fallait un article dans la presse pour être connu. Avec Internet, il n’y a plus d’inconnus. Inutile de débrancher votre ordinateur, inutile de résilier votre abonnement à Internet, il suffit que votre voisin, votre collègue ou un ami publie des informations ou son opinion sur vous et vous ne serez plus un inconnu. Internet est une place publique mondiale sur laquelle va se construire votre image de marque. Bienvenue dans le monde merveilleux du « User-generated content » ! Rassurez-vous, ce contenu produit par votre entourage sera probablement positif. Mais il y a le “positif” qui vous correspond et celui qui ne vous correspond pas.

Vous avez des valeurs, des qualités humaines et des talents. Il est important de savoir les communiquer efficacement avec ceux qui auront un impact sur votre développement personnel et professionnel. Recruteurs, employeurs, acheteurs, décideurs sont assaillis de demandes; il est nécessaire de montrer votre valeur ajoutée.

Vos références professionnelles et sociales (managers, collègues, clients, partenaires, amis, …) sont l’outil marketing le plus important dont vous disposez. Ce qu’ils disent de vous et de votre travail est ce que l’on retiendra. Votre réseau de références est donc une des clés les plus importantes de votre « Personal Branding ».

Voici les 8 lois du « Personal Branding » d’après Peter Montoya (cf. références en fin de billet) :

1. Pour bâtir une marque personnelle efficace, elle doit être précise. Vous devez communiquer sur un seul axe : une force, un talent ou une réalisation personnelle. On pourrait parler de cœur de métier. Celui qui sait tout faire … ne sait rien faire… Autrement dit, “Il vaut mieux exceller en une chose que d’être médiocre en plusieurs.” Pline le Jeune

2. Votre marque personnelle ne doit pas seulement être connue. Elle doit surtout être reconnue par vos pairs et votre entourage (vos références professionnelles et sociales). C’est la dimension réputation de votre marque personnelle.

3. Votre marque personnelle doit être sincère et authentique. Elle montre que vous êtes bon et non que vous êtes parfait !

4. Si vous n’êtes pas différents, vous êtes comme tout le monde et vous resterez donc dans la masse. Vous devez montrer votre différence par rapport aux autres.

5. Vous devez être plus visible que les autres. Plus votre cercle d’influence augmente, plus vous devenez crédible (réseaux sociaux, networking,…).

6. Il ne doit pas y avoir de décalage entre ce que vous dites et ce que vous faites, que ce soit dans la sphère publique ou privée. Dire ce qu’on fait et faire ce qu’on dit (principe de congruence).

7. Une marque personnelle prend du temps pour s’établir, pour être connue. Il faut être patient.

8. Pour obtenir de meilleurs résultats, votre marque doit être associée à une valeur ou une idée universellement reconnue comme positive et intéressante.

On ne choisit pas d’avoir une marque personnelle. Tout le monde en a une : positive, neutre ou négative. Grâce ou à cause d’Internet selon le point de vue, elle deviendra tôt ou tard publique et accessible mondialement. Si vous ne définissez pas votre marque personnelle, ce sont les autres qui la définiront pour vous et il y a des risques qu’elle ne vous corresponde pas.

Le Personal Branding peut se résumer ainsi : mieux vous connaître (auto-évaluation ou évaluation à 360° par votre entourage) afin de mieux vous faire connaître (à travers des méthodes et des outils – annuaires, réseaux sociaux, networking,…). Nous allons maintenant approfondir ces 2 points.

II. Comment mieux vous connaître ?

Mieux se connaître pour mieux se faire connaître ! Cette partie ne remplacera malheureusement pas l’action d’un coach professionnel ou d’un ami ayant quelques aptitudes au coaching. Il est en effet très difficile de réfléchir sur soi et de prendre du recul tout seul dans son coin. Le coaching, c’est l’art d’aider l’autre à réfléchir sur lui-même. Le coach pose des questions et aide le coaché à trouver ses propres réponses (il ne donne pas de conseils car ce n’est pas un consultant). Mais si vous n’avez ni le temps, ni les moyens de vous faire accompagner dans votre démarche, vous trouverez quelques pistes dans ce qui suit.

Voici les questions à vous poser pour vous auto-coacher, pour prendre autant que possible du recul :

A. Qui êtes-vous ?

Il s’agit de déterminer votre mission, votre vision de l’avenir, d’établir vos objectifs pour pouvoir ensuite bâtir un plan d’action.

Quels sont vos forces ? Quelles sont vos valeurs ? Vos passions ? Vos buts ? Quel est votre personnalité ? Qu’avez-vous à offrir ?

Pour essayer de répondre à ces questions, vous pouvez vous appuyer sur le bilan de vos entretiens annuels avec votre manager. Etant donné qu’il est très difficile d’être lucide sur soi-même, vous pourriez aussi solliciter votre entourage proche pour qu’il vous aide à répondre à ces questions. Lister des questions vous concernant et essayez d’obtenir des réponses, soit dans des rencontres face à face aussi conviviales que possible, soit en envoyant votre questionnaire par e-mail (un appel téléphonique ne sera pas de trop pour obtenir l’accord de l’intéressé et l’engagement de vous répondre).

B. Qui sont vos concurrents ? Quelle est votre valeur ajoutée ?

A qui souhaitez-vous vous adresser ? Qui sont vos pairs ? Vos compétiteurs ? Qui doit vous connaître pour que vous puissiez atteindre vos objectifs ?

Il s’agit d’analyser votre environnement, de déterminer ce qui vous différencie des autres et de définir votre valeur ajoutée. Qu’est-ce qui fait votre singularité ? Comment allez-vous communiquer sur votre singularité ?

Il est important de confronter votre propre perception à la perception de votre entourage. Vous en sortirez avec un plan d’action pour progresser sur certaines compétences techniques ou comportementales, et/ou un plan de communication pour mettre en avant les éléments sur lesquelles on ne vous fait pas vraiment confiance alors qu’on devrait avoir confiance en vous.

Votre marque personnelle, comme n’importe quelle marque, se définit par la perception des autres. Au sein de votre réseau, votre objectif doit être de rechercher du feed-back sur vous pour dresser un auto-portrait aussi précis que possible.

III. Comment mieux vous faire connaître ?

Des millions de recherches sur des personnes sont effectuées en ligne chaque jour dans les moteurs de recherche. Les gens cherchent des informations sur leurs collègues, de nouveaux clients, des amis, … . 47 % des adultes américains (contre 22 % en 2002) ont déjà vérifié ce qui se disait d’eux sur le réseau. 53 % d’entre eux admettent aussi se renseigner sur leurs collègues de bureau, leurs voisins ou leurs futur(e)s conjoint(e)s. Source 01Net

Il sera bientôt possible d’affirmer que si Google ne vous connaît pas, vous n’existez pas ! Bâtir votre identité et votre réputation numérique est un élément déterminant de votre succès futur. A l’avenir, les recruteurs seront de plus en plus pro-actifs. Ils viendront vous chercher sur Google et dans les outils dédiés aux réseaux sociaux professionnels. Il est préférable qu’ils y trouvent des informations positives et concordantes avec votre projet. Vous devez donc avoir votre profil sur Internet et le référencer dans les moteurs de recherche.

Tapez votre prénom et votre nom dans Google et vous verrez le résultat. Les informations vous concernant sont parfois fausses, périmées, gênantes, incomplètes ou concernent un homonyme (même prénom et nom).

A vous maintenant de faire le point sur votre présence en ligne et de définir la meilleure stratégie possible pour vous référencer.

A. Quel est votre réputation sur Internet ? Avez-vous une identité numérique ?

Le plus simple est d’analyser les résultats des moteurs de recherche. Effectuez cette recherche sur Google et Yahoo (éventuellement sur MSN Search) en tapant votre prénom et votre nom avec guillemets: “Edouard Dupont”.

Pour élargir la recherche, vous pouvez chercher votre surnom, nom de jeune fille ou des abréviations de votre prénom (Frédéric, Fred ou F. par exemple). Pour en savoir plus, vous trouverez un processus plus détaillé sur Claimid.

Vous devez ensuite vérifier le contenu de ce qui se dit sur vous. Est-ce que le contenu (images et textes) trouvé sur Internet correspond à l’image que vous voulez donner de vous. Est-ce que cela correspond à votre marque personnelle ?

B. Créer et promouvoir votre profil en ligne : Auto-référencement, liens sponsorisés ou noms de domaine ?

Une fois que vous savez ce qui se dit sur vous, il faut passer à l’action et promouvoir sur Internet ce que vous voulez qu’on sache sur vous. Il s’agit donc de créer votre profil en ligne et de le promouvoir.

1. L’auto-référencement

a. Créez un ou plusieurs profils sur des sites spécialisés dans la promotion de votre marque personnelle : CV 2.0, LookUpPage, Brand-Yourself.com, QAlias, Ziki, Zoominfo, Ziggs, Naymz, Spock ou Wink. Un prochain billet vous donnera la description de leurs offres respectives.

b. Sur vos e-mails, votre blog, vos courriers papiers, ajoutez le lien Internet vers votre profil en ligne.

c. Si vous avez des choses à dire, créez un blog ! Par exemple sur Blogger. Cependant, il faut tenir dans la durée. Publier des billets pendant 3 mois puis laisser votre blog à l’abandon ne renverra pas une bonne image : manque de persévérance, personne velléitaire,… Un blog peut vous aider, mais il peut aussi se retourner contre vous si ce que vous publiez ne plaît pas aux lecteurs. Ou pire, si vos billets sont dans un style peu lisible qui laisse penser que vous ne savez pas vous exprimer clairement à l’écrit. Cela dit, l’apport d’un blog à votre marque personnelle est à forte valeur ajoutée… une valeur proportionnelle à la valeur du contenu que vous y publiez. 😉

d. Vous pouvez aussi publier des vidéos sur des sites de partage de vidéos vous montrant en action professionnellement (discours, présentation, interview,…) ou simplement pour faire un CV vidéo (qui suis-je, ce que je cherche, mon expérience, mes compétences,…). Voici un exemple de CV vidéo grandiose sur youtube.com .

e. Vous pouvez enfin publier votre CV sous forme de présentation powerpoint, voici le CV de Saranyan, le pionner en la matière : http://www.slideshare.net/saranyan/visual-resume

2. Les liens sponsorisés

La plupart des services qui proposent des profils ou des CV en ligne vous permettent de référencer votre profil dans les moteurs de recherche (soit automatiquement dès que vous créez le profil, soit sur demande). Certains services vont plus loin.

QAlias, Ziki, Naymz, Ziggs (et bientôt CV 2.0 & Brand-Yourself.com) vous proposent un abonnement pour référencer le profil que vous créez sur leur service dans les liens commerciaux de plusieurs moteurs de recherche. Votre profil Ziki ou Ziggs apparaît ainsi en premier dans les liens sponsorisés (c’est-à-dire dans les liens commerciaux au-dessus des résultats ou sur la colonne de droite).

Cependant, vous ne pouvez pas renvoyer vers votre blog ou vers votre profil Viadeo. Le lien sponsorisé renvoie obligatoirement vers le profil que vous créez sur Naymz, Ziki ou Ziggs.

Par ailleurs, le service est payant car les moteurs de recherche font aussi payer ces liens. Le coût des abonnements est au minimum 60 dollars USD (Naymz, Ziggs) ou 30 euros (Ziki) par an pour mettre votre profil dans les liens sponsorisés des moteurs de recherche (QAlias demande 120 USD par an pour pratiquement les mêmes fonctionnalités). Ziki propose une offre à 30 euros pour les particuliers et 180 euros pour les entreprises qui permet de personnaliser le message du lien sponsorisé et de renvoyer vers le site de l’entreprise au lieu du profil Ziki.

Si vous souhaitez renvoyer vers un profil particulier (blog, réseaux sociaux professionnels, site de votre entreprise,…), vous pouvez aussi faire vous-même ce travail de référencement en ouvrant un compte sur un des services suivants :

Google AdWords : https://adwords.google.fr

Avec Google AdWords, vous payez uniquement lorsque les utilisateurs cliquent sur votre prénom et votre nom dans les liens sponsorisés. En plus de votre prénom et de votre nom (indispensable pour votre marque personnelle), vous pouvez ajouter des mots-clés liés à votre activités, à votre expertise ou au nom de votre organisation. Cela peut être un avantage intéressant par rapport à Naymz, Ziggs et Ziki qui ne référencent que votre prénom et votre nom. Cependant, plus vous ajoutez des mots et plus vous augmentez le coût de votre référencement !

Votre prénom et votre nom apparaissent à côté des résultats de recherche ou au-dessus. Mais, il y aura bien sûr aussi les autres pages sur Internet qui contiennent votre nom et votre prénom. Personne n’est obligé de cliquer sur votre lien sponsorisé par Google.

Voici un exemple avec John Webb, regardez sur la droite de l’image, la flèche rouge pointe le lien sponsorisé par Naymz : (cliquez l’image pour agrandir)

Lien John Webb

Autre exemple avec le DG de Ziki France, Jean-François Ruiz :

Lien Jean-Francois Ruiz

Sur Google AdWords, il n’y a aucun montant de dépenses minimum (en dehors des frais d’activation). Si personne ne clique sur votre « prénom nom », vous ne payez rien. Vous pouvez aussi définir un budget maximum de dépenses, par exemple 5 euros. Au-delà de 5 euros, votre prénom et votre nom seront retirés des liens sponsorisés. Pour donner un ordre de grandeur, avec un coût par clic de €0,01, si votre budget est de 5 euros, cela signifie que 500 personnes peuvent cliquer sur votre lien sponsorisé. Selon votre notoriété, c’est peut-être soit le total de personnes qui vous chercherons sur un moteur de recherche pour un mois, soit pour un ou deux ans ! Ziggs et Naymz vous facturent $4.95 par mois, mais ils vous référencent au moins sur 3 moteurs de recherche (Google, Yahoo et MSN) – Uniquement sur Google pour Ziki. A vous de faire vos comptes en fonction de votre notoriété et de vos besoins !

Il est important de préciser que le coût par clic est variable. Ainsi, les mots clés « DVD » ou « voyage » utilisés par les commerçants auront probablement un coût par clic supérieur à votre « nom de famille ». C’est la loi de l’offre et de la demande. Cependant, vous pouvez définir non seulement un budget maximum mais aussi un coût par clic maximum pour garder la maîtrise de votre budget.

Sur les coûts, voici quelques informations pour la France :
– Frais d’activation : €5,00
– Coût par clic (CPC) minimum : €0,01 et plus, selon la popularité des mots clés.

Pour en savoir plus, visitez le centre de formation

Il existe aussi une alternative au CPC. Il s’agit du coût pour mille impressions (CPM) utilisé pour les annonces ciblées par emplacement (vous sélectionnez les sites sur lesquels s’affichent vos annonces). Vous payez lorsque l’annonce s’affiche sur les sites de votre choix et non au clic. Plus d’information sur ce lien

Yahoo Search Marketing : http://searchmarketing.yahoo.com/fr_FR/index.php

Le système de Yahoo est proche de celui de Google, pour en savoir plus

Microsoft adCenter : http://advertising.microsoft.com/france/microsoft-adcenter

Globalement, même principe que pour Google et Yahoo, voici un extrait du site : “Découvrez Microsoft adCenter, l’outil de marketing online qui vous permet de gérer vos campagnes de liens sponsorisés sur Live Search, le moteur de recherche de MSN, 1er portail Internet en France. Pour des frais d’inscription uniques de 5,00 € et une enchère minimale de 0,05€ par mot-clé, vous pouvez faire apparaître le site web de votre société en tête des résultats de Live Search”.

Etant donné que Google est le moteur de recherche de référence, si vous n’en choisissez qu’un, il vaut mieux choisir prioritairement Google AdWords.

3. Acheter un nom de domaine

L’achat d’un nom de domaine est une stratégie très efficace pour établir durablement votre présence en ligne. Le prix des noms de domaine est maintenant dérisoire (7 €/an). On vous offre souvent la possibilité de créer un ou plusieurs e-mails sur votre nom de domaine. Vous ne perdez plus votre e-mail quand vous changez de fournisseur d’accès à Internet. C’est utile surtout si cet e-mail figure sur les centaines de CV que vous avez envoyés ! Vous disposez souvent aussi d’un espace de publication pour vos contenus (CV, présentation,…). Si vous maîtrisez les outils de publications en ligne tels que Dreamweaver ou FrontPage, vous pouvez faire votre propre page. Mais le mieux est encore de rediriger votre nom de domaine vers l’adresse du service qui affiche votre CV, votre profil ou votre blog si vous en avez un à usage professionnel.

Par exemple, sur 1&1 (www.1and1.fr ), il est possible d’obtenir pour 7 euros par an : un nom de domaine, un e-mail et un espace de stockage de 3 pages (on vous fournit même le logiciel pour créer vos pages vous-mêmes). Voir aussi les offres sur www.godaddy.com .

Pour obtenir un bon référencement, il faudra que votre nom domaine contienne votre prénom et votre nom séparé par un tiret sinon le moteur de recherche considérera qu’il s’agit d’un seul mot. Exemple : www.prénom-nom.com (.net, .org, .ca, .fr,…). Le nom de domaine est un des premiers critères d’indexation par les moteurs. Il passe avant l’analyse du code HTML d’une page, de sa structure ou de ses balises meta. Vous augmentez vos chances d’apparaître dans les premiers résultats mais ce n’est pas garanti. Cela dépend aussi du contenu de votre profil et de la popularité de votre nom. Si votre nom est Igor Pszczolkowski, vous serez mieux référencer que Daniel Dupont, Durand ou Martin.

Pour preuve du besoin, Ziggs vient de lancer « Ziggs Name Manager » qui vous permet d’acheter votre nom de domaine en passant par leur service. Ils se chargent ainsi de rediriger à votre place votre nom de domaine vers votre profil Ziggs. Naymz et Brand-Yourself.com proposent la même offre (bientôt également sur CV 2.0) .

Gérer sa marque personnelle n’est pas une action ponctuelle, mais une stratégie sur le long terme. Construire une marque personnelle sincère et efficace ne s’improvise pas. Un nom de domaine permanent peut aider.

IV. Les freins culturels : culture du secret, manque de transparence, non-partage de l’information,…

Est-ce que le Personal Branding est compatible avec toutes les cultures ? Y a-t-il des différences entre générations : digital native Vs digital immigrant (Lire) ?

La promotion de votre marque personnelle est importante. Cependant, il est fort possible que vous vous sentiez mal à l’aise avec les concepts du Personal Branding. Certains diront que le Personal Branding correspond plus à la culture nord-américaine qu’à la culture française ? D’autres affirmeront qu’il s’agit de techniques pour « se vendre » comme des objets ? Quelle horreur ! Fuyez ! Non, attendez… en fait, il ne s’agit pas de se vendre. Il s’agit de savoir vendre ce que l’on est capable de FAIRE, de savoir mieux communiquer sur ce qu’on peut apporter aux entreprises : compétences, expertises, expériences, savoir-faire, savoir être,….

Mais ce n’est pas le plus gros problème. Dans des pays comme la France, la mise en place du Personal Branding sera freinée par la question du partage de l’information, et d’une manière plus générale par l’obligation de transparence. Question d’autant plus sensible qu’il s’agit d’informations personnelles. Créer un profil ou un CV sur la place publique Internet est tout simplement un non sens culturel pour beaucoup de personnes.

Pascal Baudry, président de WDHB Consulting et expert en interculturalité, nous livre sa réflexion sur le sujet : “Le rôle de l’explicite dans la culture américaine correspond à l’idée protestante que la collectivité – et, par voie de conséquence, les individus – a plus à gagner qu’à perdre en mettant le plus d’informations possible sur la place publique. A l’inverse, les Français se prémunissent d’une dissémination jugée excessive et potentiellement dangereuse des informations personnelles, par exemple grâce à la loi Informatique et libertés. Les Américains voient ce qu’ils ont à gagner dans le partage, les Français voient ce qu’ils ont à perdre.” (Extrait de “Français & Américains : l’autre rive”, Pascal Baudry, page 37, 3ème Edition, Village Mondial 2007 – Je vous recommande la lecture de son livre que vous pouvez par ailleurs télécharger gratuitement sur http://www.pbaudry.com/cyberlivre/ en pdf).

Ce qui est vrai pour la culture française est bien sûr vrai pour de très nombreuses cultures dans le monde. Il est possible que ces freins s’effacent progressivement quand les entreprises comprendront l’intérêt d’encourager leurs employés à construire leur marque personnelle. Dans un excellent billet, « Quelle marque voulez-vous tatouer sur votre corps ?”, Gilles Martin nous permet de voir le Personal Branding sous un autre aspect. Il insiste sur ce que les entreprises peuvent gagner : « C’est la somme des marques personnelles fortes de ses collaborateurs qui feront la force et la pérennité de la marque de l’entreprise. A ces personnes qui ne savent rien dire sur elles-mêmes que la marque de leur entreprise, la question à poser n’est pas : “Etes-vous fier de travailler pour cette entreprise ?” mais “Est-ce-que votre entreprise est fière que vous travaillez pour elle ?”.” Je vous recommande la lecture complète de son billet .

En fait, c’est un jeu gagnant gagnant. Un employé connu et reconnu ajoute au crédit de son employeur, tout comme une entreprise connue ajoute au crédit de ses employés. Les entreprises visionnaires devraient donc encourager leurs employés à développer une marque personnelle forte.

Mieux vous connaître afin de mieux vous faire connaître est d’une première étape dans votre “Personal Branding”. Mais, il faut aussi vous faire reconnaître, c’est-à-dire être reconnu pour vos mérites. Il s’agit de gérer votre réputation sur Internet.

Quelques sources :

Les concepteurs du Personal Branding aux Etats-Unis

Le site du livre de William Arruda et Kirsten Dixson, experts en stratégie de marque :
http://www.careerdistinction.com/

Le site de Peter Montoya, expert en Personal Branding :
http://www.petermontoya.com/mt_what_is_personal_branding/index.asp

Une association des professionnels francophones du Personal Branding :

http://www.authentys-personal-branding.com

Les articles de presse pour approfondir ou élargir :

Bichonner sa réputation sur Internet

Personal branding to win the world” By Kishu Gomes

The Brand Called You” By Tom Peters

Web 2.0 and Personal Brand Development Presentation” by Boris Mann

Sans oublier mon livre paru aux éditions Eyrolles en mars 2009 : “Réussir sa carrière grâce au Personal Branding”. La couverture du livre est sur le bandeau droit de ce blog (en haut).