Internet est un espace public ?

A plusieurs reprises sur ce blog, j’ai mentionné qu’Internet était un espace public bien que les réseaux sociaux comme Facebook affirment vous offrir un espace partagé.

Techniquement, il est vrai que vous pouvez paramétrer votre profil et l’accès au contenu que vous publiez. Facebook ne vous ment pas.

Socialement (humainement), c’est totalement faux. Continue reading “Internet est un espace public ?”

Le guide AXA du bon sens numérique

AXA France lance le « Guide du Bon Sens Numérique », un projet initié avec ses 15 000 collaborateurs sur le bon usage des médias et des réseaux sociaux. Durant 10 semaines, ils ont partagé leurs témoignages et expériences sur une plateforme collaborative accessible en ligne et ont ainsi participé à l’écriture de 20 conseils indispensables pour prévenir les risques numériques.

Voici la couverture du guide :

Initialement destiné aux collaborateurs d’AXA France en version papier, il a finalement été mis à disposition du public gratuitement sur le site de l’association AXA Prévention : Continue reading “Le guide AXA du bon sens numérique”

10 conseils pour l’animation d’une page Facebook

Mashable France a publié un billet intéressant qui propose 10 conseils pour l’animation d’une page Facebook. Voici le lien : Continue reading “10 conseils pour l’animation d’une page Facebook”

Facebook, c’est plus fort que toi !

Vous invitez une DRH comme “amie” sur Facebook (ou êtes invité par une DRH) et après l’entretien de recrutement…

😉

La question centrale est : qui a invité qui ? Si c’est la DRH qui a invité la candidate (ce qui semble être le cas) alors je trouve que c’est une intrusion dans sa vie privée même si c’est transparent et que la candidate n’était pas obligée d’accepter. On imagine bien que cette DRH cherche à en savoir plus sur sa vie (en particulier sa vie privée). Cela ne me semble pas déontologique, une atteinte au respect de la vie privée. A quelques jours d’un entretien de recrutement, est-ce que vous pouvez refuser une invitation d’une DRH ? Est-ce que l’entretien va aussi bien se passer si je refuse l’invitation ? Si je refuse, cela veut dire que j’ai quelque chose à cacher ? Il y a une pression qui s’exerce sur la candidate et qui lui laisse peu de choix quant à sa liberté d’accepter ou de refuser l’invitation.

Si c’est la candidate qui invite la DRH et qu’elle utilise Facebook pour sa vie privée, elle manque de bon sens numérique.

Il nous manque un peu de contexte pour évaluer les responsabilités. Et en attendant, osons rigoler !

Source : http://publigeekaire.com/2010/10/les-dangers-des-reseaux-sociaux/ – Je vous conseille de regarder sur ce billet un reportage très intéressant de Canal+

Merci à Marie pour cette trouvaille !

BranchOut, un service de networking professionnelle intégré dans Facebook

branchout

Je vous invite à découvrir d’urgence BranchOut, une application lancée en juillet 2010 (1ère levée de fond de 6 millions de dollars). Le service est conçu sur le même modèle que Linkedin ou Viadeo (mise en relation, gestion de contacts, réseautage,…) mais intégré sur Facebook.

Pas besoin d’en dire plus pour comprendre que vous pouvez potentiellement faire du networking, non pas avec les 4 millions d’utilisateurs de Viadeo (qui truquent honteusement leurs chiffres), les 10 millions de Xing (2ème réseau social mondial, incontournable pour les germanophones) ou les 85 millions de Linkedin (le service de référence incontournable, mondial, souvent copié, jamais égalé) mais avec les 600 millions de membres de Facebook… le 3ème pays du monde en termes de population… si c’était un vrai pays ! A ceux qui me disent, je ne veux pas de Facebook pour le professionnel, c’est uniquement pour le récréatif (en général réponse des moins de 35 ans) ou j’ai déjà Linkedin (en général réponse des plus de 35 ans). Je réponds : “Comment pouvez-vous être professionnellement visible sur Internet et absent du 3ème plus grand pays du monde ?”.

Pour essayer BranchOut, il faut avoir un profil sur Facebook et ajouter l’application en vous connectant sur cette page :

http://www.facebook.com/apps/application.php?id=131479520210618

Étant donné que Facebook limite à 5 le nombre d’invitations qu’on peut envoyer à ses “amis” pour qu’ils rejoignent BranchOut, le moyen le plus rapide de “convertir” vos amis en contacts professionnels est de les inviter à utiliser l’application BranchOut (par e-mail, en écrivant un billet, ou encore par un tweet,…). En effet, si vous êtes mon “ami” sur Facebook et que vous ajoutez l’application BranchOut, nous serons connectés automatiquement. BranchOut m’enverra une alerte pour m’indiquer que vous faites partie de mon réseau professionnel sur Facebook par le simple fait d’ajouter cette application.

BranchOut a également ajouté un système de gestion des recommandations. Mais l’application n’est pas aussi sophistiquée que Linkedin en termes de fonctionnalités. Cependant, je suis sûr que le service évoluera dans les prochains mois. Je pense donc que BranchOut est un service plein d’avenir.

Depuis longtemps, Facebook cherche à devenir un réseau social universel répondant tant à des besoins personnels que professionnels. Depuis son lancement, Facebook a beaucoup amélioré la partie présentation professionnelle (allez sur Modifier profil, puis “Formation et emploi” -> c’est indispensable si vous utilisez BranchOut). L’interface est très intuitive et on approche d’un CV en ligne. Cependant, il manquait une dimension networking professionnel à Facebook et BranchOut comble ce vide.

Concernant l’usage de Facebook, je vous déconseille fortement de suivre Facebook dans sa volonté de créer un profil “All in One” (perso + pro). J’ai déjà expliqué à plusieurs reprises les risques, je ne reviens donc pas ici sur mes arguments. Par contre, il est pertinent de créer 2 profils Facebook sur 2 comptes différents :

– un profil professionnel avec sa photo, son prénom – nom, un e-mail professionnel et un “copier-coller” de son CV façon profil Linkedin. On peut y ajouter une touche “Club de Golf, Tennis, Voile,…” en y incluant quelques informations plus décontractées (photos, contenus humoristiques,…). Vous n’êtes pas obligé sur Facebook d’être aussi “pro” pur et dur que sur Linkedin. Facebook, c’est l’occasion de mettre une touche d’humanité sur votre identité professionnelle. Sur ce profil, vous pouvez accepter tous vos contacts professionnels selon la même logique que Linkedin étant donné que vous n’y publierez pas d’informations sur l’intimité de votre vie privée.

– un profil social avec un avatar (une image qui ne permet pas de vous reconnaître), un pseudo (qui ne permet pas de vous identifier), un e-mail personnel (yahoo, hotmail, free…) et sur lequel vous invitez un cercle très restreint de personnes qui font VRAIMENT partie de vos amis, de votre famille… Si vous avez plus de 50 amis sur ce profil social, vous êtes potentiellement en danger 😉

Attention, je ne dis pas qu’il FAUT absolument avoir 2 profils. De mon côté, je n’ai pas de profil social car je n’ai aucune intention d’utiliser Facebook pour m’amuser ou socialiser avec mes amis ou famille (si je devais le faire ce serait sur un autre service comme Hellotipi). De même, vous pouvez refuser de créer un profil professionnel et faire uniquement du social. Ce qui est important à retenir, c’est que si vous voulez faire un usage pro ET perso de Facebook, il faut avoir 2 profils !

Prudence toutefois car Facebook interdit d’avoir deux comptes pour une même personne. Mais, avec 600 millions d’utilisateurs, si vous utilisez 2 e-mails différents, avatar d’un côté, photo de l’autre, pseudo d’un côté, nom de l’autre, je ne vois pas bien comment ils pourraient faire le lien entre les 2 comptes. Facebook interdit de créer deux comptes parce qu’ils ont mis en place des paramètres de confidentialité qui permettent de gérer ce qu’on montre à qui. Techniquement, on est dans un monde parfait. Socialement, je ne compte plus le nombre de personnes qui se sont pris les pieds dans le tapis et ont ruiné leur réputation. De même, Facebook affirme que votre vie privée est protégée parce que vous êtes dans un espace privé ou partagé. En réalité, parce qu’on peut copier coller votre contenu (photos, textes) ou montrer son écran à une personne : votre compte est un espace public. Il est techniquement privé ou partagé comme l’affirme Facebook. Mais socialement, il est public.

Enfin, si vous êtes une entreprise, il est tout à fait déplacé de créer un profil. C’est de toute façon interdit dans les conditions générales d’utilisation. Il y a des “pages” pour ça (anciennement fan pages). Je suis excédé par cette pratique qui consiste à faire passer une entreprise pour une personne. Sur Facebook et Linkedin, il y a des espaces pour les humains et d’autres pour les entreprises. Que chacun reste à sa place. Sur Viadeo, il n’y a pas d’espaces pour les entreprises… Je ne comprends pas pourquoi, mais c’est à l’image (déplorable) du service en général.

Je crois beaucoup à BranchOut et…. à Facebook ! Certains disent que BranchOut pourrait même tuer Linkedin. Je ne pense pas que BranchOut va détrôner ou tuer Linkedin mais qu’ils vont co-exister dans des écosystèmes complémentaires, avec des valeurs ajoutées différentes. Il ne faut pas penser fromage ou dessert mais fromage et dessert… et si vous êtes vraiment gourmand comme moi dessert et dessert 😉

Pour finir une courte vidéo de 30 secondes :

Pour bien démarrer 2011, je vous attends donc dès maintenant sur :

http://www.facebook.com/apps/application.php?id=131479520210618

et voici mon profil Facebook si nous ne sommes pas encore amis !

Mise à jour du 15 août 2011 :
BranchOut vient de m’écrire que j’étais le 7859ème inscrits sur leur service qui en compte aujourd’hui plusieurs millions.

Avez-vous compris la vraie nature de Facebook ?

rww

Sur ce billet très intéressant Facebook adopte le modèle d’influence de Twitter publié par RWW, je trouve ce commentaire de Fabrice Epelboin (responsable de ce blog) :

“Franchement, vou­loir avoir un tant soit peu de vie pri­vée sur Facebook de nos jours, c’est tout sim­ple­ment idiot. Ce n’est pas fait pour cela, et cela le sera de moins en moins. Si cela cor­res­pond encore à votre usage de cette pla­te­forme, il est temps d’en chan­ger et d’adapter l’usage que vous en faites, le plus tôt sera le mieux, car le risque c’est tout de même de se retrou­ver en slip au milieu de la foule du jour au lendemain.”

Je n’aurai pas su dire les choses plus simplement ! Merci Fabrice, une courte citation plein de bon sens… numérique 😉

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Mise à jour du 26 septembre 2010

Un article sur 01NET :
http://www.01net.com/editorial/521254/licenciees-pour-des-propos-injurieux-sur-facebook/

Licenciées pour des propos injurieux sur Facebook
Trois salariées de SOS Femmes ont été licenciées pour faute lourde à cause d’une conversation sur leurs conditions de travail sur le réseau social. Elles ont saisi les prudhommes.

Ces 3 salariées “ne savent pas comment leur employeur a été mis au courant et, surtout, elles invoquent le caractère privé de ces échanges.”

Des échanges privés sur Facebook ? Intéressant ! 😉

Mise à jour du 10 novembre 2010

Une contribution de Frédéric Cavazza dans un de ses billets confirme ce qui précède. Voici quelques extraits :

“Le modèle économique de Facebook repose sur l’exploitation des données personnelles (ils appellent ça le graphe social pour ne choquer personne).”

“Les données personnelles sont le trésor de guerre des plateformes sociales, si ces dernières sont gratuites, il y a une contre-partie :  l’exploitation de vos données personnelles. Et alors ?”

“Facebook a BESOIN d’exploiter les données personnelles de ses membres pour pouvoir financer son activité et sa croissance. Et il en est de même pour l’ensemble des plateformes sociales gratuites. Encore une fois, je ne condamne pas ces pratiques, mais je trouve que l’attitude de Facebook est bien trop ambiguë à mon gout : l’exploitation des données personnelles n’est pas une faille de sécurité, c’est un modèle économique. Conclusion : Éduquer les internautes sur les dangers de l’exposition des données personnelles en ligne (mais également les bénéfices) devrait être une priorité pour les acteurs du web social, ou au moins un pré-requis.”